L'ORIGINAL / by Camille Côté

 

Voici une première partie de mon histoire.

 

J'ai toujours eu un peu de difficulté à suivre les consignes, appliquer avec soin les bonnes méthodes et il faut dire que je n'ai pas une énorme patience. C'est pourquoi quand j'ai tenté de confectionner un chapeau traditionnel en feutre "selon les règles de l’art", évidemment j'ai échoué. Ça s'est produit lorsque que je déprimais à l’atelier, durant une nuit froide de novembre. Je buvais du scotch et j'écoutais Barbara en boucle. 

Alors qu'un pli se forme au dos du chapeau et ne semble pas vouloir disparaitre, je perd patience et je décide de l'enlever en utilisant la méthode «pas le temps de niaiser ». À l'aide des ciseaux, j’enlève une pièce de feutre carrément. Sur la table de coupe, je vois de l'élastique de bande de taille, celui assez large servant à la confection des pantalons. Je l’assemble avec le feutre comme si c'était la chose la plus logique à faire. Il a servit a remplacé le bord du chapeau à l’arrière. Et puis voilà! C'est devenu un peu comme une casquette, un peu comme une visière, un peu tout en même temps. Sur le coup je ne me suis pas dit « ah tiens c'est différent ». C'est plus tard, en commercialisant le chapeau, au contact des clientes où j'ai réalisé que oui c’est peut-être nouveau! 

 

C’est drôle parce que c’est souvent dans les pires moments qu’on réalise les meilleurs coups.

Je n’aurais jamais pensé devenir un jour chapelière! Je suis heureuse de pouvoir assumer ce titre en ayant développé mes propres standards, un peu par hasard. J'ai un plaisir fou à explorer ce vieux métier car il reste tellement à innover. L’Original a donné suite à plusieurs autres modèles, tous signés d’une ouverture au dos et d’un élastique. C’est devenu essentiel. C’est devenu plus qu'un chapeau mais quelque chose de confortable, épousant facilement toutes les têtes sans être encombrant.

Camille_Côté_loriginal_dean_fw17_back_beige.JPG

Au final, la conception de l’Original représente en quelque sorte le début de ma mission, celle de vous habiller pour que vous vous sentiez libre de mouvement et à l’aise de bouger pour affronter de grosses journées. Être belle sans se sentir ni coincé ou limité.

N’est-ce pas ce qu’on mérite?

 

Ce n'est pas terminé et je vous dit à bientôt pour la suite de l'histoire !

CC